Guérison .


comment-lacher-prise-en-amour

Aujourd’hui, retour par la case psychiatre. Je lui ai fait part de mes nouveaux symptômes dont celui de l’hyper vigilance que j’ai développé avec mes enfants et qui me pourrit la vie (et la leurs, je suppose ). Plus mes récents cauchemars, qui me font douter de ma capacité à rentrer dans le bon chemin du deuil.

Pour lui, rien de plus « normal » d’être en phase hyper vigilance (voir super hyper méga vigilance) c’est dû à la perte de Milan et au fait que je ne veux pas avoir à revivre la perte d’un enfant. Il faut que je table sur 6 mois voir 1 an pour que les symptômes s’atténuent un peu. Nous sommes 2 personnes dans ma tête, et celle du raisonnement est, pour le moment, prise d’assaut par celle de la peur du « il peut arriver ceci cela ».

Je ne suis donc pas prête de leur lâcher la bride aux minimoys. Même avec supermec, j’ai peur qu’il leur arrivent quelque chose même si je sais que supermec est vigilant (peut-être pas assez au gout de mon second moi ) . Une rééducation avec une psychologue sera peut-être nécessaire dans 1 an. En attendant, je dois laisser cohabiter mes 2 moi (ouais, je sais, je suis complexe ) .

Pour mes cauchemars, ils font partie de mon travail de deuil, ils y en aura toujours à différentes fréquences, mon subconscient a besoin d’évacuer les sentiments non dits et mes cauchemars sont la porte de sortie.

Au final, il en ressort que malgré tout, je suis bien sur la voie de la guérison psychologique, la guérison de la perte de Milan ne se fera jamais. Mais comme me l’a expliqué mon psychiatre, le fait d’avoir traverser pleins de deuils (que se soit mon père, ma grand mère, et des amis d’enfance ) m’ont permis d’appréhender la mort, la souffrance de perdre un être cher, donc de savoir que la mort fait hélas partie de la vie .

Voilà, je ressors à nouveau de son bureau rassuré sur le fait que je continue d’avancer sur la bonne route aussi difficile, soit elle. Il y aura toujours des moments difficiles, toujours des moments de doute, des choses à ré apprendre à gérer, mais seul le temps me le permettra. Je vais devoir apprendre à lâcher prise …

 

 

Et pour vous, arrivez vous à lâcher prise ?


3 réflexions sur “Guérison .

  1. Je me reconnais, dans ce chemin que tu fais. 3 ans plus tard, j’ai retrouvé une vigilance plus « normale » (je suis naturellement angoissée, ça, ça n’a pas changé 😉 )!

    Tu sais, pour les cauchemars, j’avais fait de l’EMDR, une technique psychothérapeutique pour résoudre les chocs traumatiques. Ça m’était conseillé par ma psy, spécialisée en deuil périnatal. J’ai fait mon dernier cauchemar la veille de la première séance, j’ai trouvé ça hyper efficace! Pour mon homme, 1 séance a suffit, et pour moi, 3. C’est donc une thérapie courte, ponctuelle, qui agit surtout sur les cauchemars et les images obsédantes. La difficulté est de trouver quelqu’un qui accepte de faire juste les séances d’EMDR, sans envelopper le tout de séances classiques. Il ne faut pas hésiter à appeler les cabinets de psy pour savoir comment ils bossent.

    Beaucoup de courage à toi, et de la tendresse à ton petit garçon des étoiles ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s