6 mois.


plume01

Mon coeur, mon amour,

 

J’ ai préféré attendre la fin de ma consultation psy pour t’écrire ce matin. Trop de choses se bousculent en ce moment et je voulais avoir les idées claires avant de te parler. Même si nous parlons ensemble chaque soir, mais là, je devais approfondir les choses.J’ai un sentiment bizarre celui que mon corps et mon esprit ne sont pas en adéquation : mon corps a envie d’allaiter, de souffrir du manque de sommeil, de paniquer face aux coliques, mais mon esprit sait que rien de tout cela n’est possible … Étrange, mais apparemment mon deuil poursuit son chemin, et le fait bien donc je passe sur une voie tout à fait normal . 

Et puis je crois que la reprise du travail dans deux semaines me travaille beaucoup. Savoir sans y être, que ma remplaçante bave dans mon dos, car je reviens reprendre ma place me tue, m’agace, me dérange. Qu’est-ce qu’elle croit ? Que c’était pour faire chier  par plaisir  que je reviens ? Que je ne voyais pas ma vie autrement ? Mon projet d’avenir était de prendre 3 ans avec toi et tes frères pas de retourner sur MON poste pour retrouver une ambiance nauséabonde ! Le psy m’a dit cash de laisser courir, de « m’en foutre » tels sont ses mots. Je sais qu’il a raison mais un tel comportement égoïste me blesse malgré tout . Je vais donc faire de mon mieux pour gérer tout ça, même s’il faut que je remette cette collègue à sa place de façon dure et sèche. 

Sinon, je vais mieux, je sais pertinemment que tu feras partie de ma vie intégralement, que je ne cesserais jamais de penser à toi, de te parler. Mais avec ton papa, nous continuons de parler de toi, tes frères parlent de toi et t’intègrent parfois dans des conversations à eux sans que nous en soyons la cause moi et ton papa. Je vois que tu comptes pour eux autant que pour nous et c’est quelque chose d’indescriptible, de tout simplement magique pour mon coeur de maman .

En fin de compte, je me dis que tu vis à travers nous, nos pensées et c’est réconfortant. Je n’ai plus peur des femmes enceintes, je n’ai plus aucun pincement, juste un sentiment de chaleur intense, qui me rend heureuse pour elles. Et puis en toute honnêteté j’ai hâte de pourrir la petite cerise même si pour cela je dois lui offrir des « monsters high  » ! 

Tu vois, je ne t’oublie pas, mais j’avance désormais avec toi à mes côtés, laissant sur les bandes d’arrêt d’urgence les personnes néfastes, les comportements puérils et déprimants. Je veux que tu continues à être fier de moi, de ce que je deviens grâce à toi.

 

 

Je t’aime à jamais, mon ange, mon étoile et je te dis à ce soir pour notre discussion secrète ! 

 

 


7 réflexions sur “6 mois.

  1. Ô que je suis heureuse de voir que vous réussissez à avancer dans votre vie. Bien sûr on oublie pas mais la vie est là, vos autres enfants et votre mari et là. Bon courage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s