Quand la paranoïa devient un mantra .


images (2)

 

 

Voilà un sujet qui me touche et me parle de plus en plus hélas. Je suis de plus en plus paranoïaque face aux événements de la vie. Comment te dire, j’ai peur, peur que si je ne pense pas au pire, celui-ci arrive. Pourquoi ? Car les rares fois où je ne l’ai pas fait le pire est vraiment arrivé. J’en ai longuement parlé avec mon psy, pour lui, c’est un moyen d’auto défense, mais aussi, c’est m’infliger une grande souffrance dans l’espoir que celle-ci n’arrive pas. Tu as les gens insouciants qui vont ne pas se prendre la tête, ceux qui sourient devant leur enfant qui tente de descendre d’un fauteuil la tête en bas, ceux pour qui un retard d’une demie heure signifie juste un retard dû aux bouchons. Pour moi, c’est pire que ça. Dans ces situations-là, je vais imaginer que bébé va heurter sa tête contre le sol et avoir un trauma crânien, que le retard est dû à un grave accident. Oui, je me pourris la vie de stress, de crises d’angoisse et d’ulcères à l’estomac, mais si je ne le fais pas au final la vie me montre que j’aurais dû y penser. Pour que tout soit plus clair pour toi, je vais t’expliquer :

 

–la première fois où j’ai été confrontée à ce phénomène, j’avais 22 ans, je venais d’emmener mon frère aux urgences (oui, il avait eu l’idée d’avaler une aiguille, sans faire exprès, oui, il trafiquait sa play ) et nous avons vu mon père qui travaillait là-haut, il était tout jeune papa à nouveau de mon demi-frère d’un mois. Je suis rentrée chez moi, souriante d’avoir vu mon père, ravi que mon frère n’est rien et soit ressorti indemne.  Premier choc, première claque, première désillusion.

– la seconde, est arrivée quelques années après, 4 ans après en fait. Ma grand-mère devait subir une intervention de routine pour un souci intestinale. Bref pas de soucis, elle est rapatriée d’Orléans vers chez nous pour se reposer avant de retourner chez elle auprès de mon grand-père. Ma mère m’appelle un après-midi en me disant qu’il serait bien que je passe la voir rapidement, sur le coup, je me suis dit cool mamie va mieux elle veut me voir ! Sauf qu’à mon arrivée, j’ai juste eu le temps de lui dire « bonjour, je suis là mamie » et elle a laissé partir son dernier souffle, elle m’avait attendu… Moi, celle qui la voyait comme une seconde maman, celle qui aimait passer ses grandes vacances à ses côtés…

Après ses deux faits, j’ai pris l’habitude d’imaginer le pire au cas où, mais surtout parce qu’en l’imaginant, il n’arrivait pas ! Cela m’a bien réussi, je me suis fait des trouilles d’enfer, à en avoir des nausées, mais plus rien de grave n’est arrivé ! Sauf la seule et unique fois où j’ai oublié, la seule et unique fois où j’aurais dû y penser !

 

– la dernière fois où je n’y ai pas pensé, où je ne l’avais même pas envisagé, c’est Milan qui est parti. Mon doux et rêvé Milan . Je pensais naïvement que les 4 premiers mois passés, tout irait bien, qu’il serait mes côtés. Mais la vie s’est chargé de me rappeler à l’ordre en le reprenant à 8 mois de grossesse. La seule fois où j’ai oublié de penser au pire, il est arrivé…

 

Donc oui, je me pourris l’esprit de tout ce qui peut ou pourrait arriver, j’en suis limite parano mais je me dis qu’à peser le pour et le contre, je préfère avoir la nausée, des crises d’angoisse plutôt que de perdre encore quelqu’un de façon subite et douloureuse. La torture de l’esprit est devenue mon mantra, certains prient tous les jours, font des offrandes, moi, je carbure aux « si « , aux « je ne veux pas que cela arrive », mon cerveau doit m’en vouloir de lui faire subir tout ça, mais le prix est bien peu à payer pour rester zen face au reste. Je suis désormais superstitieuse, je suis quasiment sure que si je ne pense pas au pire et bien, il va arriver… Je suis devenu paranoïaque…

 

 

Et toi, qu’as tu développé comme toc ?


6 réflexions sur “Quand la paranoïa devient un mantra .

  1. Je me reconnais dans cette paranoïa, c’est vrai que je n’appelais pas ça comme ça, mais c’est tout comme.
    Comme toi, je m’attends constamment au pire pour éviter qu’il n’arrive, parce que j’ai cette très nette impression que concrètement si je fais dans l’insouciance il va m’arriver un malheur et que ça s’est vérifié par le passé. Chaque coup de fil me fout les frousses, chaque annonce, chaque retard de mon conjoint, etc. Je m’imagine toujours le pire avec des scènes qui me paraissent presque réelles, des scènes violentes, imaginant mes proches dans un accident, imaginant l’absence et le désespoir m’envahir, etc.
    C’est terrible, parce qu’on ne profite plus des moments doux de la vie, comme s’il nous était interdit d’être heureux.

  2. Bonjour,

    Je comprends ce mécanisme, après les épreuves que vous avez traversées…

    Personnellement, je suis pareille : quand mes enfants font les fous, j’imagine tout de suite ce qui peut se passer de mal dans l’environnement où ils sont (dans la maison, je me dis que s’ils chahutent, il y en a un qui peut se cogner la tête dans l’angle de la table basse, ou l’aîné qui peut faire mal à son frère et le paralyser, etc.). Quand mon mari a du retard et que je n’arrive pas à le joindre, j’imagine qu’il a eu un accident… Cela me demande de très gros efforts pour prendre sur moi et relativiser…

    A ceci près par rapport à vous que ce n’est pas pour conjurer le sort. C’est une démarche totalement inconsciente : je m’imagine toujours le pire, surtout quand les choses ne sont pas telles qu’elles devraient être… Avec ce sentiment d’insécurité, cette peur de pouvoir tout perdre du jour au lendemain si un malheur arrive (bon, ça, c’est parce que j’ai perdu ma sœur aînée il y a 5 ans et ma maman il y a quelques mois, et que j’ai moi-même une maladie auto-immune, donc je sais que ça n’arrive pas qu’aux autres…).

    Bref, la vie, si belle puisse-t-elle être, nous malmène parfois et on fait ce qu’on peut avec les moyens que l’on a…

    Bon courage !

  3. Je suis tout l’inverse de ça !!
    Bon je fais attention bien sûr mais je n’imagine pas forcément le pire.
    Ce qui est dommage c’est que tu t’obliges à faire ça parce que d’après toi les fois ou tu n’y as pas pensé le pire est arrivé ….. mais c’est juste une coincidence, RIEN DE PLUS !!

    Les tocs ne sont que des croyances … « si j’y pense ça n’arrivera pas » … mais non c’est pas ça du tout !
    Que tu y penses ou pas cela ne changera pas le cours des choses.

    Bon je pense que ton spy explique les choses mieux que moi et que ce n’est pas mon métier.

    Je suis enceinte également et je vie ma grossesse sereinement …. j’aimerai tellement que tu puisses vivre cette événement comme moi !

    Bon courage, je t’embrasse très fort …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s