Best of 2014 #2


400_F_43063313_tHSlwufGpLo0qSMBxmZ6n38vyRfxghVP

 

Aujourd’hui mon billet best of est celui dédié à mon père, partit trop vite, partit sans annonce, tout comme Milan. Ce billet n’est pas le plus gai, mais il compte beaucoup pour moi donc je vous le re partage …

 

 

 

Il y a des passages dans la vie qui font que nous sommes à la fois plus forts et plus fragile pour une période indéterminée. Pour moi, ce fut le jour de ton décès papa…Je rentre comme chaque année, dans la période fin février /mai ou toutes mes pensées ou une bonne partie me ramènent à lui . Il est décédé dans la nuit du 9 au 10 avril 2000, mon fils avait alors 1 an et mon demi-frère qu’il venait d’avoir 1 mois.Je ne me souviens pas de toute cette longue semaine qui a suivi l’annonce de son décès, c’est bien simple, je ne me souviens que de 3 jours … Où était mon fils pendant ce temps ? Avec le copain de ma mère et/ou supermec je suppose…Retour sur ce qui fut un long cauchemar. Je ne me souviens pas que ma petite sœur a souvent dormi à l’appartement avant ce jour-là, mais toujours est il qu’elle était dans mon lit ce matin là et que supermec squattait le clic-clac de la salle à manger .
Ce matin, le téléphone sonne vers 7h du mat’ et je décroche plutôt en grognant qu’en répondant. Ce qui m’a réveillée ? La voix de ma tante paternelle ! Nous n’étions et nous ne sommes pas très proches de ce côté de la famille donc sa voix m’a de suite réveillée.


Nat, c’est ta tante

Oui

Ton père a eu un accident.

OK, j’arrive à l’hôpital

Pas la peine, il est mort.

Sur-ce elle raccroche ! J’avais entendu le déclic qui signifiait que supermec avait décroché le combiné du salon et qu’il avait entendu . Il est arrivé doucement, ma sœur m’a vu me mettre à pleurer sans pouvoir m’arrêter et tout ce que j’ai pu lui dire à ce moment-là, c’est Papa est mort ! Je venais d’être aussi violente avec elle que l’avait été ma tante avec moi.
Je crois que supermec a pris le relais avec elle, car je me souviens avoir cherché du réconfort auprès de ma mère, me disant simplement qu’elle avait du être prévenue avant moi-même s’ils étaient divorcés . Erreur, c’est moi qui ai dû lui apprendre !!

Elle habitait la rue derrière chez moi, j’ai donc atterri chez elle (comment pfft aucune idée !) avec mes larmes et les siennes plus le fardeau de continuer à distiller cette nouvelle empoisonnée à mon autre sœur et à mon frère. Ma mère me conseille alors d’appeler celle qui allait devenir ma belle-mère pour voir comment elle s’en sort .. Deuxième erreur ! Elle non plus ils ne l’ont pas appelé ! Transportation chez belle-mère avec ma mère qui essaie malgré son chagrin de m’aider. 10 min chez belle-mère et le téléphone sonne ! Mon oncle (le + vieux des frères à mon père ) daigne lui apprendre ce que j’ai eu à lui dire 1 h plus tôt ! À ce moment-là, je bascule dans la quatrième dimension, il demande à me parler et la seule phrase que j’entends est :  » tu es l’aîné, tu dois te charger de tout cela, ta mère est divorcée, belle maman pas mariée, tu dois gérer  » .

Je suis passée alors en mode robot ! Il m’a fallu aller à la gendarmerie où l’accident s’était produit, écouter les gens dire que oui, il sortait du travail et rentrait chez lui quand c’est arrivé ! Non, oui, peut être était-il perturbé, bref, j’en ai largement oublié. J’ai été sur les lieux de l’accident avec super mec pour essayer de comprendre ce que jamais je ne comprendrais. Vu les gens chez qui il est  mort, puisque son moteur a atterrit sur leur palier ! Mais le moment que je n’oublierais jamais c’est la reconnaissance du corps à la morgue.

Il m’a fallu entrer dans une salle à peine éclairée où il  gisait sur un table en inox, un corps qui de loin ressemblais plus à une poupée. Le monsieur des pompes funèbres m’a alors indiqué qu’il fallait m’approcher et vérifier que le visage correspondait ! Manque d’air, mais j’y vais ! Je regrette d’avoir eu à faire cela ! Qu’aucun des adultes présents le connaissant (oncles, tantes, ma mère, ma belle-mère) n’a eu la délicatesse de faire cela à ma place ! Je garde en mémoire ces joues creusées comme si on lui avait arraché des dents, son visage plus très droit, sa couleur grise et surtout le froid ! Lui qui n’avait jamais été froid !!

La suite, pas plus réjouissante, le Monsieur Morts referme juste la porte du frigo ou se trouve mon père, nous invite à s’asseoir à côté et me regarde en me demandant « qu’est-ce que vous voulez faire ? » Euh pleurer ? Non pas le temps mes oncles haussent les sourcils et la phrase tant hait reparaît « c‘est à toi de décider ! » Alerte, je n’ai que 21 ans ! Mon père vient de mourir et je ne peux pas le pleurer !! Supermec me serre la main (heureusement que je l’ai) et je me lance sans vraiment avoir idée de ce que je dis : , »cercueil en pin, crémation, il veut être avec son père, messe ok les oncles la veule mais un truc simple, fleurs uniquement fraîches, merci mademoiselle à bientôt !  » .

Les choses se déroulent alors toutes seules ou du moins, je ne les vois pas, je passe en mode enterrement ou au lieu d’une messe où on dit un petit mot et basta (mon père était athée ), mes oncles ont collé une cérémonie orthodoxe avec bougies et clinquant ce que je n’imaginais pas pour mon père … Puis mensonge éhonté de ceux-ci, car j’avais décidé suivre mon père sur ce qu’il voulait, c’est-à-dire le brûler et mettre son urne dans le caveau avec son père, et que le Pope n’aurait jamais rien célébré s’il avait su cela !!!

La crémation c’est là ou nos nerfs ont littéralement lâché ! D’abord quand la belle-mère a dit qu’elle voulait récupérer ses fleurs pour qu’elles ne soient pas brûlées ! Connasse, tu comptes les mettre sur ta table de salle à manger ! Ensuite avec l’énoncé du Monsieur Morts qui nous prévient avec douceur qu’il faut compter une bonne heure !

Et là, mon frère se rappelle d’Eli Semoun et du sketch sur le crématorium et se met à rire seul, nerveusement et en pleurant ! À nos regards ébahis, il partage et c’est vrai que d’entendre mon frère dire « ding, il est cuit » nous a lancés sur une voie où je ne pensais pas aller ! Un défoulement par le rire ! Mon oppression diminuant au fur et à mesure et plus nous rions, plus nos larmes sortent en même temps, et nos forces nous quittent pour nous laisser fatiguer, incapables de penser mais étrangement sereins !

Je ne veux pas faire pleurer dans les chaumières avec ce billet, juste partager quelque chose qui m’est toujours très douloureux malgré les 14 ans passés. Et j’en fais également une sorte de thérapie ! Oui, j’arrive à vous en parler !

Je ne le dirais jamais assez, mais profiter des gens que vous aimez au maximum ! On ne sait jamais quand ils nous seront enlevés !


2 réflexions sur “Best of 2014 #2

  1. Quels souvenirs, et comme ça a du être difficile, si jeune, d’être confrontés de manière si brutale à la mort de ton papa et de devoir ainsi tout gérer.
    Merci de nous partager ce que tu as vécu, ces émotions et cet amour aussi.
    Que Noël te soit doux, malgré tout… Je penserai à vous, à Milan et à ton Papa ce soir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s