Mon poids, les gens et moi .


téléchargement

 

Attention, ce billet va te faire mal aux yeux ! On va parler poids, oui le mien en outre. Perso, je le vis très bien même si ma taille 40 me manque parfois (Sans tristesse hein ! Juste qu’il y a des fringues qui ne sont pas faites en grandes tailles) . Non moi et mon poids, on s’assume, ce sont les autres qui ne l’assument pas ! Je vais te relater des choses qui au final me font plus suer qu’autres choses, ces magnifiques conseils que l’on me distille parfois habilement, parfois comme des bourrins. 

 

Le pire exemple : ma mère.

 
Parfois, j’ai le sentiment de la décevoir profondément, que mon physique changé lui fait honte. Il n’y a pas un coup de fil, une conversation où elle ne me parle pas de mon poids, non mon surpoids ! Exemple, lors de mon passage aux maternelles, elle m’a appelé pour me dire qu’elle m’avait vu, qu’elle ne se rendait pas compte que mes yeux étaient si beaux et enchaine de suite avec un « si tu perdais du poids, tu serais vachement mieux !  » . Je ne réponds plus, je ne cherche plus, c’est vrai comment lui dire que pour le moment, mon tour de taille m’importe peu, et qu’en plus supermec ne me mets lui, aucune pression ?Je ne sais pas ce qu’elle attend de moi, l’intervention d’une de mes sœurs pour perdre revient en boucle dans sa bouche comme pour me convaincre d’y passer aussi. J’ai déjà passé un entretien avec un chirurgien, mais l’idée de me faire ôter un gros bout d’estomac ne m’enchante pas. 

 

Mes collègues :

 
Là aussi, il y a du lourd, plus subtils que ma mère, je te l’accorde, mais comme même. Leurs crédos ? Le « on pense à toi, c’est pour toi !  » .À les écouter tout par d’un bon sentiment, bien sûr la question de « vas-tu refaire un enfant ?  » Reviens, et lorsque je réponds non, on déballe alors son sac. Tu sais, tes problèmes de dos sont dus à ton poids, si tu perdais, tu serais mieux, tu retrouverais une jeunesse, tu aurais moins de douleurs lombaires, etc. 
Bref, je pourrais t’en faire une liste très détaillée ! Je leur réponds le plus souvent en dodelinant de la tête, les envoyer bouler, j’ai déjà fait, sans succès, il y en a toujours une qui pense pour moi et mon bien-être !

 

Mes amies : 

 
Les seules qui ne me disent rien, qui me disent que je suis jolie même avec mon surpoids. Peut-être que certaines n’osent pas m’en parler, mais la plupart m’acceptent telle que je suis devenue, tel que je suis à l’heure actuelle … Alors pourquoi, alors que mes amies et mon chéri m’aiment comme je suis, je devrais me justifier auprès des autres ? Mon physique a évolué, évolué avec mes grossesses ( 5 ça aide pas comme même à rester svelte, enfin chez moi), évolué avec mes angoisses, mes façons de les calmer, mes traitements parfois très lourds . Les médocs pour la dépression me filent parfois des fringales, hélas …

 

Moi :

 
 Moi dans tout ça, je sais que je pourrais essayer de retrouver une taille « standard  » mais pour le moment, ce n’est pas ma priorité. En écrivant ce billet, j’ai demandé à supermec s’il avait honte de moi, de mon corps, qu’il pouvait être franc, que je ne serais pas blessée. Il m’a répondu ceci : oui, tu pourrais perdre du poids, mais pour toi, pas pour moi, tu es magnifique intérieurement et extérieurement. Tes bourrelets, tes vergetures sont le reflet des 5 magnifiques cadeaux que tu m’as fait et en hiver, tu me réchauffes !  » . Je sais que pour le moment, je ne suis pas prête à voir partir mon ventre pendouillant et vergeturé, car il est une des seules choses qui me reste depuis Milan. Oui, on en revient à lui, à mon manque, mon vide, ma blessure inguérissable. Et puis, qu’importe le regard des autres, ils n’ont pas mon vécu, pas ma vision de la beauté, mon extérieur ne sera jamais à la hauteur de mon intérieur (Enfin, je l’espère ! ) . J’ai eu un corps de bimbo pendant mon adolescence, il m’a fait vivre de belles et moins belles histoires d’amour, mais il m’a surtout permis de trouver MA PLUS BELLE HISTOIRE ! Alors qu’importe ce que pensent les autres, je suis un petit tonneau, mais un joli tonneau ;) . 

 

 

 

 

Et toi, as tu aussi des jugements des autres vis-à-vis de ton poids ? Je veux bien que tu me répondes via un billet ou un commentaire. 

 

 


15 réflexions sur “Mon poids, les gens et moi .

  1. Je pense que maman parfois ne se rend pas compte. Dis toi que a moi aussi, elle me demande tous les jours comment je mange, si je fais du sport, si blablabla.

    Ca me fait toujours du mal, je n’aime pas parler de tout ca. Le poids et moi cest une histoire de haine… et j’ai tendance a repenser a moi, maigre.

    Quand cest comme ca, je me mets un stop mental. Je ne pense pas qu’elle le fasse expres, je pense seulement qu’au fond elle veut ce qui est le meilleur pour nous et dans sa tete ca doit se passer par un corps « mince ».

    Oublie, passe au dessus, cest maman et je pense qu’on ne la refera plus a son age!

    Mais je te comprends. Mon seul conseil : ne pense qu’a toi. Jetais tres heureuse quand jetais plus forte. Et maigrir a changé mon bonheur et ma vie a tout jamais. Je ne souhaite a personne cela.

    Tu es belle. Tu es mere. Tu es femme.

    Tu as tout 🙂

  2. Tu sais ce que j’en pense!

    Je pense que maman ne se rend pas forcement compte de ce que ses paroles signifient. Tu sais quand elle m’appelle, a moi aussi, il y a toujours ce petit mot qui provoque des peines dans mon coeur et mon corps « et tu manges toujours ? tu fais du sport ? » elle ne se rend absolument pas conpte que cela peut me faire basculer. Que c’est un gros probleme dans ma vie.

    Mais quand c’est comme ca, je passe au dessus. Au fond je sais qu’elle ne veut pas etre mechante, je pense qu’elle veut simplement le meilleur pour nous, et dans sa tete cela doit passer par « un poids normal ».

    Quand c’est comme ca, je lui dis juste « oui oui » et je change de sujet. Et tu sais si vraiment cela t’embete, tu devrais lui dire. Garder ce genre de choses pour toi peut causer certaines blessures…

    Bref, le fait est : Tu es belle, tu es mere, tu es femme. Sois heureuse comme tu es et n’ecoutes pas ce que les autres pensent.

    Je n’ai jamais ete si heureuse que lorsque j’etais forte. Je pouvais manger en toute insouscience, rire, sourire, etre heureuse. Les hommes m’aimaient pour la femme que j’etais.

    Perdre du poids m’a rendue malade a vie. Et depuis, tout a change. Ma facon de voir les choses, mes peurs quand vient l’heure de manger, mon physique….

    Donc, si j’ai un conseil… Juste sois heureuse. Car ce n’est pas les autres qui vivent pour toi.

    Bisous ma soeur 🙂

  3. Oui même problème mais dans l’autre sens, 3 enfants, 6 grossesses et pas de surpoids sauf aux yeux de certains! Une culpabilité non stop de se dire qu’on ne correspond pas aux attentes de la famille même si l’homme m’aime comme ça. Et puis un problème de santé et là, après le traitement de cheval qui me rend malade, le diagnostic tombe, il faut perdre du poids, beaucoup de poids, seule solution. Et bien on pourrait se dire que les détracteurs de la première heure devraient être contents! Même pas, 8 kilos plus tard, je suis au 36 et maintenant j’ai droit à encore plus de remarques qu’avant, un truc de fou! il faut tout justifier, tu ne dois rien manger pour faire cette taille, et non perdu, je mange des assiettes énormes justement mais bien faites. Alors ensuite il faudrait que j’explique mon régime dans le moindre détail, des fois qu’on puisse perdre des kilos avec la recette miracle.
    Tous des c…! sauf l’homme qui continue de m’aimer comme je suis, un peu maigrichonne car il sait que je ne souffre plus, lui.
    Aujourd’hui, je me sens enfin bien, plus de morphine et ses effets secondaires, et devant certains détracteurs, j’avoue, je provoque un peu parfois, je me ressers du dessert histoire qu’ils soient vraiment énervés 😉

  4. Bonjour,

    Je te lis régulièrement mais c’est la première fois que je commente. Ce poids que tu gardes comme pour garder petit ange avec toi ça me touche, ça m’émeut..

    Mais je fais parti des gens qui « jugent » le surpoids. Je fais un 36, je mange équilibré (et bio autant que mon budget le permet) je fais beaucoup de sport. Pas parce que je veux être une bimbo loin de là mais parce que la santé passe par là. La nature nous a donné un corps que l’on doit respecter et préserver le plus possible. Ma fille a 4 ans je n’ai donc pas encore de questionnements à avoir par rapport à son physique mais si un jour elle était en surpoids (au sens médical) je serai inquiète. Le poids cache des choses, ça n’est pas juste une question de kilos. Dans mon esprit poids et forme physique = santé et je voudrais être en bonne santé aussi longtemps que possible pour la voir grandir et ne pas être un poids pour elle (en me relisant je constate le lapsus….).

    Je « juge » le poids comme je juge tout excès (excès de bouffe, de cigarettes, d’alcool etc etc). Dans mon esprit c’est pareil. Pourquoi être méchant avec soi même ? Pourquoi se faire du mal volontairement ? Je comprends mais ça ne m’empêche pas de m’inquiéter pour mes proches qui connaissent le surpoids. Par contre je ne dis rien, chacun fait ce qu’il veut mais ça me peine.. Ma famille a de nombreux soucis de santé juste à cause de son alimentation (pas de surpoids mais diabète cholestérol etc) et j’ai fait le choix de dire « non ! Moi je n’en veux pas de ces soucis là je veux la santé mais pas la santé qu’on souhaite le premier de l’an et qui semble être un truc magique : je veux la santé et j’y travaille en mangeant des aliments bons pour mon corps, en évitant les excès et en faisant du sport ». Voilà pourquoi je suis de l’autre côté.. du côté de ceux qui « jugent »…

    1. Je comprends ce que tu veux dire. C’est juste que me le répéter ça me bloque en fait mais merci car ça m aide d avoir le point de vue de personnes opposées. Je comprends mieux ma mère grâce à ça

      1. Je comprends que les commentaires des autres ne t’aident pas. Mais comme Laurence dans son commentaire précédent je me prends aussi pas mal de réflexions avec mon 36 ! « Tu es trop maigre » (médicalement ça n’est pas vrai mon IMC est normal), « tu ne manges rien et tu te prives » (c’est pas vrai, j’ai mangé autant de chocolat que les autres à pâques mais oui je préfère un fruit à un gros gâteau que je ne sais pas digérer), « tu vas au sport pour maigrir » (non je vais au sport pour me défouler) etc etc. Au final une partie des gens trouve toujours quelque chose à dire qu’on fasse du 32 ou du 54 on aura toujours des réflexions… l’important est de savoir ce qu’on veut nous, ce qui nous fait du bien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s