Ma première fois .


2013-04-08 14.07.44
Mon premier bébé aujourd’hui ado … Flouté sous peine de représailles de sa part 😉

 

 

14 mars 1999, 10 h 33.

 

Je donnais naissance et vie à mon premier enfant et à une famille , celui qui allait faire de moi pour la première fois une maman ! Celui qui a pour la première fois également fait de  mes parents  des grands-parents, transformés mes grands-parents en arrières grands-parents …

Aujourd’hui, je repense à cette journée qui m’a créé maman. Je ne suis pas triste au contraire, nostalgique oui, mais heureuse de voir que nous avons réussi à l’éduquer comme nous le voulions, lui, notre premier bébé ! Pour lui, je suis tombé enceinte très vite, 2 mois après arrêt de la pilule, je savais que c’était un garçon (je ne voulais de toute façon qu’un garçon en premier ), nous avons de suite trouvé son prénom, laissant de côté tous ceux suggérés par nos familles (Il y en a eu des gratinés de son côté ! Je dis ça, je dis rien hein ! ) . Nous savions que notre vie allait changer, que nous serions désormais des parents et plus seulement un couple en ménage. 

Mais il y a quelque chose de plus pour lui hormis le fait qu’il fut le premier. Pour lui, mon accouchement a été un rêve que ne s’est plus jamais représenter, qui est à tout jamais gravé dans ma mémoire comme quelque chose de particulier. Je ne dis pas que les autres ne l’ont pas été, mais il n’y avait pas hélas ce que j’ai eu pour lui, pour mon premier.  

Allez, je te raconte tout ça ! 

Mon ado était prévu le 10 mars 1999, mais il avait décidé de n’en faire qu’à sa tête et de rester au chaud. Le déclenchement était prévu le 15, mais le 13, je ressens des contractions. J’avais perdu le bouchon muqueux la veille (soit dit en passant c‘est hyper flippant la première fois ! ) et donc me voilà un samedi après midi à 14 h  en salle de surveillance . Les sages-femmes me disent de suite que monsieur ne sera dans mes bras que le lendemain. On me met dans une chambre, je patiente, la douleur augmentant avec le temps. Je commence à avoir peur, car j’entends dans la chambre d’à côté des cris de souffrance d’une autre maman en plein travail. Dans la nuit vers 5 h, on me descend enfin en salle d’accouchement pour me poser la péridurale, dieu soit béni pour cette invention qui soulage tous les maux ! La sage-femme passe vers 8 h et me dit avec un sourire contrit que je n’accoucherai pas avant 13/14 h, ce qui est normal pour un premier. Je la regarde et je lui dis texto et sure de moi que ce jeune homme aura quitté mon utérus à 10 h 30 sans quoi j’irais moi-même le chercher ! 

 

Le temps s’écoule, 10h 30 la sage-femme entre et me dit que pour me faire plaisir, elle veut bien essayer une ou deux poussées !  Ok, je suis dans les starting-blocks, je pousse aussi fort que possible, supermec se prend une gifle au passage pour avoir osé dire que cela ne fait pas mal ! Et d’un coup la sage-femme panique, ok il est là ! Elle appelle la puéricultrice en renfort, une autre poussée, on stoppe tout, épisio (monsieur est au bord de l’évanouissement, il m’expliquera que pour l’épisio, il a cru voir un sécateur )  et il est là ! Hurlant, à pleins poumons, dégoulinants mais tellement beau ! 10 h 33, il est dans mes bras ! Jusqu’ici rien de spécial, je sais. Mais mon père travaillant à l’hôpital, il demande à venir dans la salle d’accouchement, la sage-femme l’accepte, mais pas ma mère. Mon père fait une œillade, demande 30 min pour lui et ma mère, elle accepte. Je me retrouve donc pour mon premier enfant entouré de mon père et ma mère pleurant de bonheur et de fierté devant leur premier petit fils. Sachant qu’ils étaient divorcés, le geste de mon père m’a profondément touché. Ses paroles aussi :  » il est magnifique ma Natach, tu as bien bossé, je l’aime déjà, je t’aime !  » Le tout pleurant de joie avec ma mère et supermec à ses côtés. 

 

Voilà pourquoi ce premier accouchement est et restera à jamais graver profondément en moi… Car mes parents étaient là, car mon père était là, car je suis heureuse qu’il ait pu voir un de ses petits-enfants avant de partir . Mon père nous a quittés 1 an après, il n’aura vu que mon aîné, mais je suis heureuse d’avoir vécu cette journée avec lui, avec ma mère, ils ont fait de cette journée, de cet accouchement, un souvenir parfait que je chérirais jusqu’à la fin . Aujourd’hui, mon ado a 16 ans, aujourd’hui je suis heureuse de replonger 16 ans en arrière . Il a fait de moi cette mère pas parfaite, avec qui il se chamaille (on a le même caractèreparait il ), il m’a offert une journée formidable, et surtout il a été un bonheur partagé avec mon père disparu . J’espère que tu es fier mon papa, de tes petits-enfants, et que tout comme moi tu chéris le souvenir de cette journée !


2 réflexions sur “Ma première fois .

  1. Si émue de te lire….cest si touchant, joyeux, inoubliable ….
    Mon Papa est parti en 2003 …mon 1 er est arrivé en 2005 ….si déçu qu ils ne se soient pas rencontrè….mais nous l évoquons bien souvent et j aime l entendre dire « Papy Georges » …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s