Dois je ne plus en parler ?


Bonjour mes gentils lecteurs et lectrices,

Aujourd’hui, je vais une fois de plus aborder le sujet délicat, mais que j’ai besoin d’aborder : Milan .

Je lis beaucoup les commentaires que vous me laissez sur le blog, via Facebook ou même en mp . Et il est ressorti une fois que c’était difficile de lire mes textes lorsque je parlais de lui. Je comprends aisément que cela fasse peur, entré de ce genre d’intimité n’est pas évident et le temps passant, je me suis, en plus, rendu compte que pour certains parler de Milan perdait de la légitimité dans le sens où voilà cela fait un an, et elle nous gave à encore en parler ou tout simplement l’aborder ! 

Certaines personnes ne comprennent plus que j’ai un moment de doute lorsque l’on me demande combien j’ai d’enfants, ou bien que j’aie encore envie de parler de lui tout simplement … Il fait partie intégrante de ma vie, des projets, des choses que je fais le sont pour lui ou grâce à lui.

J’évolue dans ma vie de tous les jours avec lui, pour lui et il m’a appris que j’étais bien plus forte qu je ne le pensais ! Je me suis même mise en pleine lumière en acceptant l’offre d’une super association qui me donne la possibilité à moi et une autre mamange d’animer un groupe de paroles pour les paranges . Nous ne sommes pas psys, mais nous offrons un espace où des parents, des amis touchés par ce drame peuvent venir, parler, dialoguer de leur peine, de leur enfant sans jugement, juste de la bienveillance et de la compréhension. Notre but est aussi de rencontrer le corps médical pour faire évoluer la prise en charge et le traitement de ces familles blessées qui ne sont pas (je le conçois) faciles à épauler correctement.

Milan m’a montré la voie à suivre, une raison de m’accrocher encore plus forte. Un superbe projet est en cours aussi grâce à lui (et pour lui), je vous en parlerai très bientôt, car il est en voie de finalisation, mais à ce moment-là, je vous demanderai de bien vouloir le partager au maximum, car il sera franchement d’un très grand réconfort pour les paranges .

 

Certes je souris chaque jour, mais ce que les yeux ne voient pas c’est qu’il est à mes côtés, dans mon cœur, au plus profond de mes pensées . Je n’ose plus trop en parler avec les gens qui m’entourent (sauf certaines qui sont mon soutien) car bien souvent, j’entends les phrases: c’est bon, il faut avancer, passer à autre chose ! Oh tu en as 4 donc faut tenir pour eux ! Et puis ce n’est pas comme si tu ne pouvais pas en avoir hein !
J’écoute, je ne réponds plus, je garde en moi le fait que si ces personnes savaient ce que Milan a apporté en si peu de temps dans ma vie, elles se tairaient et se garderaient de tous commentaires . .

 

Et je sais que plus j’en parlerai, plus d’autres parents se sentiront moins seuls, moins abandonnés par le système qui nous cache aux autres. Nous ne sommes pas qu’une peur pour les parents et futurs parents, non, nous sommes un tabou qu’avec la force que m’a donnée Milan, je veux briser ! 

Voilà, pour toutes ces raisons, je ne me tairais pas, je ne tairais pas Milan !

 

Je t’aime mon fils, mon ange, mon étoile …

 

plume01


18 réflexions sur “Dois je ne plus en parler ?

  1. Je ne suis sans doute pas la mieux placée pour donner mon avis, puisque je suis du même côté de la barrière que toi. Cela dit, on ne peut pas être neutre ou objectif ou « entre deux », on est forcément d’un côté OU de l’autre de la barrière, donc on a forcément un avis bien défini.
    Pour apporter ma réponse à la question posée dans le titre de ton billet, je dirais : fais comme tu en as envie et besoin. Je crois que c’est l’une des grandes difficultés du deuil périnatal : réussir à identifier ce qui nous fait du bien, ce qui nous fait avancer ET réussir à l’assumer et à le mettre en pratique, quels que soient les avis et les réactions des gens.
    Moi aussi, plus de deux ans après, j’ai toujours besoin d’en parler. J’ai trois enfants : j’en ai deux dans les bras mais trois dans le cœur, point barre ! Je suis maman de trois enfants. Élise fait autant partie de moi que Gaspard et Hector. Ils font tous les trois partie de mon identité, chacun à leur façon, parce qu’ils sont trois êtres différents, au-delà du fait qu’elle soit morte et eux vivants. Ce n’est pas parce qu’Élise n’EST plus qu’elle n’EXISTE pas ou plus. Mais je crois que seuls les parents endeuillés peuvent vraiment comprendre et ressentir cette réalité…

  2. Je ne sais que te dire pour te soulager un peu de ta douleur mais je considère qu un enfant partie trop tôt, pe importe son age, qu il soit partie in utero ou dès sa naissance reste un enfant aimé.

    Bien sur que tu dois parler de Milan. Fais vivre sa mémoire à travers tes mots. Moi je lui envoi pleins de baisers meme si je sais qu il ne manque pas d amour.

  3. ma petite soeur vient de perdre sa petite fille a 5 mois et demi de grossesse. Pour avoir donné la vie 3 fois, je me rends parfaitement compte de la terrible douleur et tristesse que l’on peut ressentir après un tel drame.
    Il est parfaitement normal, et même sain de le porter en soi, d’avoir besoin d’en parler et de le pleurer.
    J’ai perdu un petit bébé à 14 semaines de grossesse, et même s’il ne mesurait que 10 cm j’ai été durement éprouvé par cette fausse-couche. Je ne peux que ressentir profondément ce que ça doit être quand l’on perd un bébé à un stade de grossesse plus avancé.

    1. Je ne souhaite cela à personne quel que soit le stade… le perdre à 8 mois de grossesse à été dur car j’ai longtemps culpabilisé . Aujourd’hui je sais que je n’ai rien fait de mal. Je t’embrasse toi et ta sœur ❤

  4. Je n’aurais jamais assez de mots pour pouvoir te réconforter, mais je comprends tout à fait la nécessité d’en parler. Ce que je ne comprends pas c’est ce que les gens te disent, comment peut-on être aussi méchant?
    Je trouve tout à fait normal d’en parler, si ça dérange et bien passez votre chemin Messieurs-dames !

  5. J’ai commencé à te lire car forcément ton histoire me touche, m’a chamboulé, m’a ému….et je suis toujours là à te lire ….Milan c’est ton amour, votre amour…il sera toujours près de toi …là juste à côté de toi…parler de Milan …c’est évident!

  6. Bonsoir,
    Je découvre votre blog, ayant moi-même perdu un petit garçon, le 5 octobre dernier, à 3 mois et demi de grossesse. C’était un joli petit garçon, parfaitement formé, mesurant 17 centimètres, que nous avons pris dans nos bras, cajolé, à qui nous avons chanté des berceuses. Je l’ai déposé moi-même dans son cercueil, avant la cérémonie de ses funérailles et son inhumation. Il a été déclaré à l’état-civil, fait partie de notre famille, c’est mon enfant et je ne laisserai personne dire le contraire…
    Alors, oui, vous avez raison de parler de Milan, même un an après, même toute votre vie. Il sera à jamais votre enfant…et il est sûr que même si cela est horrible à vivre, nos anges nous donnent une force insoupçonnable…C’est pour nos enfants vivants et pour nos anges que nous nous battons chaque instant.
    Les gens qui n’ont pas connu ce deuil ne peuvent pas comprendre (ou alors, ils sont très rares…)
    pour preuve, je reçois aujourd’hui de la part d’une cousine de mon mari, sage-femme et au courant du décès de notre petit garçon, un faire-part de naissance…avec en gros plan, la photo de sa fille!! Qu’elle veuille nous annoncer la naissance n’a en soi, rien de choquant, mais je considère que, si proche du décès de mon fils, elle aurait au moins pu avoir la délicatesse de ne pas joindre de photo, sachant qu’elle n’a même pas su nous envoyer ne serait-ce qu’un seul mot de condoléances!!!
    Ma carte de félicitations est donc déjà prête: j’y signe de mon prénom, celui de mon mari, de nos deux enfants vivants, et celui de mon petit ange!! Peut-être comprendra-t-elle? quoique….
    Je vais prendre le temps de parcourir votre blog…
    Douces pensées à votre famille et bisous volants pour Milan

    Hélène

    1. Merci énormément pour votre témoignage ! Je vous envoi toute ma tendresse car je sais combien c’est difficile. N’hésitez pas vous sur ce blog comme chez vous !

      Tendres pensées et bisous à nos anges 😚

  7. Je suis exaspérée de lire ce qu’on a pu te dire! Les gens peuvent être d’une méchanceté sans nom c’est sidérant! Comme si c’était pas assez difficile… Grosses pensées à votre Ange Milan

  8. De la méchanceté ou de l’indifférence… Aujourd’hui, ma propre sœur, qui habite assez loin de chez moi, m’envoie une carte sur laquelle elle a inscrit « Joyeux Noël à tous les quatre! » Pas un seul mot pour le petit garçon que je viens de perdre, il y a deux mois, pas une seule parole délicate… N’a-t-elle pas songé une seule seconde que ce Noël ne serait justement pas « joyeux » pour nous? Il y a tant de formules autres….
    Sur mon texto, je l’ai remercié pour sa carte mais lui ai bien précisé que Noël ne serait pas joyeux… Cela m’a soulagée, mais cela la fera-t-elle réfléchir? Je n’en suis même pas sûre…. Elle a occulté mon bébé mort….

    1. Les gens ne voient pas que cela est blessant. .. mais je me demande si parfois ils n’ occultent pas nos anges par peur ou je ne sais quoi… pour ma part je te souhaite des fêtes pleines d’amour et de bienveillance. Je t’embrasse toi et ta famille et une pluie de tendresse à ton ange .

  9. Heureusement, certaines autres personnes, comme toi, rattrapent les indélicatesses des premiers… J’ai reçu ce matin un message de mon médecin, qui se joint à nous dans une prière pour la petite lumière qui de là-haut nous protège et nous guide… De quoi me redonner des forces pour ces deux journées pas très faciles….
    Doux Noël à toi et à ta famille, baisers volants à Milan…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s