Ma dépression et moi .


Je ne vais pas m’en cacher, je suis dépressive depuis quasi 3 ans… Depuis l’ouverture du blog en fait. Au début, je ne voyais rien, ou plutôt, je ne voulais pas voir que j’allais mal, que je tirais trop sur la corde.

Et puis, il y a eu ce jour au travail où mon corps m’a lâché ! Il a décidé de me montrer que, non, je n’allais pas bien, que non, je n’étais pas wonderwoman .

9a1b2bd8e595c1c8ee497547dda53db5

Je vais être honnête comme toujours, pour moi la dépression n’existait pas ! C’ était un genre de légende urbaine qui se racontait autour de la machine à café pour expliquer pourquoi machine ne travaillait pas depuis 6 mois sachant qu’en fait, elle devait se la couler douce. J’ai revu ma copie, la dépression existe bel et bien hélas et c’est une souffrance indémontrable …

J’ai remonté une fois, puis Milan a fait que j’ai reperdu pieds. J‘ai cru jusqu’à il n’y a pas si longtemps que j’en sortais, que j’étais redevenue assez forte pour pouvoir me séparer des antidépresseurs . Mais ce n’était qu’une chimère … Un début de cure détox par un thé (je ne citerais pas la marque, elle n’y est pour rien) et hop une plante a coupé tous les effets des antidépresseurs .

J ‘ai vu que je n’étais pas prête à les arrêter voir même à les diminuer. Certes, j’ai retrouvé le goût pour pleins de choses, la vie a retrouvée l’intérêt d’être vécue pleinement, mais je sais que tapis dans l’ombre, la dépression me guette, scrute la moindre faiblesse pour reparaitre.

Alors je continue d’avancer, de trouver des solutions pour reprendre des forces mentalement, je me blinde un peu plus, je relativise de plus en plus, et surtout, j’évite les conclusions hâtives sur tout. Les mauvaises nouvelles ne s’arrêtent jamais, pas un jour de congé pour elles, mais j’arrive à les gérer à peu près sans me remettre dans un état pitoyable. Supermec m’aide beaucoup, je l’avoue. Lorsqu’il voit que je suis à bout, il prend le relais, me réconforte, tente de me montrer le bon côté de la chose bref, il m’épaule.

J’ai pris conscience que je ne guérirais certainement jamais. Les AD (antidépresseurs) sont mes béquilles. Caque année qui passent, chaque mois, chaque jour, Milan me manque et je trouve injuste qu’il ne soit pas là avec moi, avec nous, mais la vie la voulu ainsi donc je dois faire face.J’apprends à vivre avec elle, sachant que je dois être vigilante, et surtout ne plus me croire invincible, ne plus penser que je dois être cette femme parfaite qui allie travail, vie de famille, foyer nickel le tout en se faisant une manucure d’une main de maître.

Je ne suis que moi, une femme qui tente de rendre heureux ses enfants, qui travaille aussi bien qu’elle le peut, une femme qui, certains soirs va préférer commander des pizzas plutôt que de cuisiner et une femme qui n’a pas sa maison aussi nickel qu’une photo Pinterest . 

J’ai compris que j’étais moi et bien comme cela ! Je suis sur la voie de la sérénité, pas de la guérison, mais celle qui fait que désormais, je sais où je dois aller pour pouvoir vivre avec un minimum de bonheur, et surtout pour ne jamais renier celle que je suis.

 

Aujourd’hui, ma dépression et moi allons bien..

Je ne suis plus celle que j'ai été

 

 


9 réflexions sur “Ma dépression et moi .

  1. Je pense que tu as raison de ne pas te mettre la pression et de ne pas te comparer aux autres, surtout qu’on ne voit pas toujours que les autres sont parfois loin d’être aussi fort qu’on le pense. Personne n’a sa maison Pinterest et cuisiner des plats bios,bons, sains et photogéniques (pour poster sur instagram ^^) n’est pas donné à tout le monde, surtout quand on doit s’occuper d’enfants et travailler. Courage avec ta dépression, j’espère qu’elle te quittera bientôt 😉

  2. il est vrai que la dépression est une compagne sournoise, on croit qu’elle est partie mais elle est là tapie dans un coin.
    elle attend le petit coup de moins bien pour pointer le bout de son nez.
    longtemps aussi j’ai cru que un petit coup de mou pouvait être vite évacué si on s’en donnait la peine et puis … maintenant je sais que non.
    je crois qu’il faut le vivre pour le comprendre.
    je t’envoie un méga rainbow d’ondes positives et que la force soit avec toi
    il faut être un JEDI et ne pas basculer du côté obscur, mais je crois en toi car tu es bien entourée, heureusement que nos hommes sont là !!!
    ❤ ❤

  3. Je te comprend parfaitement je le vie aussi au quotidien et je crois bien que mon problème est chronique, il faut apprendre à vivre avec et s’accepter comme on est et surtout s’aimer ainsi et je trouve cela difficile dans ce monde de perfection.Une journée à la fois 🙂 je t’invite lire mon partage sur la dépression
    Prend soin de toi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s