2…


Attention, ce billet contient une photo très personnelle qui n’est pas là dans le but de choquer ou autre … Je préviens les personnes sensibles de ne pas s’aventurer vers la fin du billet .

 

 

2 ans,
24 mois,
104.36 semaines,
730.5 jours,
17532 heures,
1051920 minutes,
ou 63115200 secondes …
Voilà le temps que j’ai passé sans toi. Le temps qui s’est écoulé depuis que tu as quitté mon ventre. Certes, cela fait 2 ans depuis le 13 mai que nous savons que tu n’es plus, mais aujourd’hui cela fait exactement 2 ans que nous sommes physiquement séparés …

63 115 200 secondes qu’à chaque respiration, je pense à toi. Tu es là, j’en  suis certaine, quelque part avec moi, en moi, mais il y a des jours où j’aimerais plus que cela. J’aimerais t’avoir avec moi, dans mes bras, en train de te chamailler avec tes frères, en train de leur piquer leurs jouets… J’aimerais tant savoir à qui te ressemble le plus, papa ou moi ? Savoir si tu as un caractère câlins comme Ilyan ou si tu es plus dans la retenue comme Sinan.

Tout cela, je ne le saurais jamais … Je sais juste que tu étais magnifique, endormi et que tu m’as quitté sans un bruit, pas même un semblant de sanglot. J’ai parfois encore du mal, je te l’avoue avec l’annonce des grossesses prématurées. Celles qui ont moins de 3 mois, celles où les mamans sont déjà en train de préparer l’arrivée de bébé avec toute l’innocence et l’impatience normal dans cet état. Parfois, mon corps me crie de les prévenir que tout peut brutalement s’arrêter, qu’il faut être dans la retenue tant que bébé n’est pas là souriant dans vos bras. Mais je ne peux pas, je ne dois pas le faire. Je ne veux pas insuffler une vague de terreur dans un moment de bonheur.  Pourtant, j’aimerais tellement épargner cette douleur, pouvoir ne plus m’inquiéter plus qu’elles-mêmes durant ses 9 mois. Je ne peux pas, je ne peux plus, plus faire comme si cela ne pouvait pas arriver.

La phrase « joyeux anniversaire » ou même anniversaire me semble hyper déplacée pour nous … Comment parler d’anniversaire pour parler de ta disparation ? Il n’y a rien à fêter dans tout ça, si ce n’est une douleur qui ne passe pas … Ton père doit prendre un an demain… Je sais que c’est d’autant plus dur pour lui désormais. Comment fêter son existence sur terre depuis 43 ans sachant que depuis 2 ans le seul cadeau que lui a offert la vie est de reprendre son fils la veille de celui-ci ! 

C’est difficile de faire un truc sympa pour ton papa ce jour-là, mais on se le doit, pour toi, pour tes frères, pour lui. Aussi difficile que se soit, je crois que c’est un mal nécessaire …
Deux ans, je ne sais pas si un jour, on se remet totalement de cela, te perdre est la plus difficile épreuve de ma vie et dieu sait que j’en ai déjà eu pas mal hélas… Parfois, je me demande si celle-ci était vraiment nécessaire, pourquoi nous, pourquoi toi ? Aucune réponse ne me satisfait vraiment, j’éprouve juste un sentiment d’injustice envers tout ça. Je pense parfois à avoir un autre bébé pour me prouver que je peux porter autre chose que la mort, mais je n’ai plus cette force en moi. Aussi grand peut être mon désir d’enfant, plus grande est la peur de revivre à nouveau ça !

Deux ans… C’est le temps qui nous sépare toi et moi … Je sais que les jours suivants ne vont pas être faciles non plus, le 23 sera le jour où nous t’avons adieu, où ton frère et ton père t’on porter en terre. Il y aura-t-il un jour où je verrais ces dates arrivées sans souffrance ? Je ne crois pas … Je crois juste qu’un jour, on se retrouvera et que je pourrais enfin te tenir dans mes bras. En attendant, je vis comme je le peux, aimant tes frères et ton père de tout mon cœur, de tout mon être, mes pensées tournées vers toi. Un jour, toi et moi, on se retrouvera …
En attendant, mon soleil brille un peu moins fort, ma vie est un grand huit émotionnel, mais voilà, je dois apprendre à vivre sans toi dans mes bras, mais avec toi dans mon cœur uniquement.

Je t’aime mon ange tout simplement, je t’aime comme chacun de tes frères, je t’aime comme si tu étais là, je t’aime à chaque respiration comme je le fais pour eux, je t’aime malgré que tu ne sois pas là …

Mon Milan à moi, je t’aime !
Ta maman.

Sept à la maison(1)


18 réflexions sur “2…

  1. Merci de nous faire partager ton ressenti et je ne sais quoi te dire…Les mots sont tellement dérisoires face à une telle douleur…En tant que maman ma plus grande angoisse était celle-ci lors de mes grossesses et j’ignore comment j’en serais ressortie si j’avais du vivre une telle situation…Je te souhaite beaucoup de courage et t’envoie mon soutien…Des milliers de bisous.

  2. De moments difficiles qui le resteront malgré le temps qui passent. Au bout de 15 ans, elle est toujours là, moins vive mais beaucoup plus intime car peu de personnes pour en parler. Par contre, contrairement à toi, je préfère les annonces prématurées de grossesse ; en cas de soucis, la maman n’aura pas à cacher sa douleur. Bon courage à toi, tu es bien entourée, ton mari et tes enfants sont ta force y compris Milan. Laisse les t’aider, te soutenir. Bises et courage

  3. Une telle chose n’est même pas à souhaiter à son pire enemi 😦
    Difficile, ca le sera toujours, courage à vous, tu as la chance d’avoir une famille près de toi pour te soutenir, vous vous soutenez ensemble quoi !
    bises

  4. Bonjour merci de nous faire partager cette dure épreuve comme les autres il n’y a pas de mots d’actes pour te réconforter dans ce terrible moment je peux juste compatir car j’ai un peu vécue la même chose mais sous une autre forme
    en 2012 j’ai fait un oeuf clair les tests de grossesse montraient que j’étais enceinte j’avais tous les symptômes quand j’ai pris mon courage à deux mains pour faire l’écho le gyneco n’a vue qu’une poche vide et se demandait si je faisais pas une grossesse extra utérine on a fait pleins d’examens mais non apparemment bb est partie seule mais je serais pas à quel moment j’ai dû évacuer cette poche ça été horrible je me pose maintenant mille question qui était ce bébé était il ou elle à qui aurait ressembler ce petit être voilà j’en souffre aussi malgré tout mais d’une manière différente de la tienne courage à toi et ta famille

  5. Je ne sais qu’il n’y a aucun mot qui ne puisse apaiser cette douleur qui doit être la pire à vivre. Je vous souhaite beaucoup de courage.

  6. Merci à toi de nous avoir ouvert ton coeur et partagé ton malheur, ton petit ange sera toujours présent dans vos coeur,
    Porter la mort est peut être malheureusement l’une des pires choses qui puisse arriver, jen ai malheureusement fait l’expérience quand j’étais plus jeune même si c’était pas à ton niveau… Car je l’ai perdu dans les premiers mois de grossesse. Mais cette sensation de porter la mort est resté encré en moi pendant très longtemps et la peur de ne jamais pouvoir porter la vie…

    Ton mari et tes enfants seront ta force,je l’espère pour toi qu’un jours un magnifique petit ange en bonne santé viendra se niché au creux de ton ventre et tu reportera la vie 🙂

  7. tu arrives à parler d’une douleur avec tant de pudeur et d’amour, tu es incroyable !!
    comme à chaque fois que je lis un de tes billets sur Milan je pleure doucement.
    je n’ose imaginer la douleur que tu as ressenti, que vous avez ressenti
    je t’embrasse fort et continue d’être toi et d’aller mieux même si je me doute que ça n’est pas évident ❤

  8. mes yeux sont mouillés de larmes, je comprends tellement ces sentiments, 3 ans pour nous à la fin du mois. nous fêterons son « anniver’ciel » comme chaque année, c’est important pour mes grands et nous aussi. c’est tellement dur de dire adieu à son enfant, mais je suis certaine que ton petit Milan reçoit tout votre amour. il est magnifique ❤ Je t'envoie tout mon soutien ainsi qu'à ton homme!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s