La contradiction de Noêl 2


Voilà, les fêtes de Noel sont passées, restent celles du Nouvel an et nous attaquerons une nouvelle année, avec de nouveaux espoirs, de nouveaux rêves et peut être de bonnes résolutions.

Ce que je retiens de tout cela : le manque, les absences malgré toute la magie que Noel a mis dans les yeux de mes minimoys. Malgré toutes les lumières éclatantes de dehors, les vitrines illuminées, il n’en reste pas moins que Noel a changé de saveur pour moi. 

J’aime toujours Noel, n’ai crainte, mais il a perdu de sa superbe par rapport aux Noel de mon enfance et ceux dont j’ai rêvé pour l’avenir.

 

Depuis toujours, j’ai adoré cette période de l’année qui réunissait toute la famille autour d’un repas gargantuesque, interminable (oui avec le temps, on regrette les heures passées à table ), les blagues pourries faites chaque année, les sujets à polémique, et enfin l’ouverture des cadeaux. 

Je me sens un peu comme cela à Noel … Une petite fille dans un corps de grande

 

 

Et puis on grandit, certains membres de la famille s’éloignent, d’autres nous quittent définitivement, on crée notre propre famille, le tout en espérant leur transmettre ce que nous ressentions à ces instants. L’un des piliers de ma famille, ma grand-mère , nous a quittés depuis un moment déjà, elle était celle qui avait le pouvoir (magique)de réunir toute la famille autour d’une table (fâché ou pas, tout le monde était là ) . Depuis, nous nous sommes tous dispersés et avons continué chacun de notre côté. Mes Noëls sont désormais fait avec supermec et les minimoys (ce que je ne regrette pas )ensemble dans une bulle de béatitude et de bonheur sans faille. Mais depuis deux Noëls, je suis moins contemplative de cette fête. J’adule toujours voir les yeux brillés de joie des minimoys, titillés leur impatience face aux futurs cadeaux, et les voire sourire avec joie à la découverte des cadeaux.C’est aussi à Noel que je me rends compte qu’avec les membres de ma famille, nous devrions être unis et pas dans une sorte de conflit qui a juste tout détruit. Je suis peut-être fautive, je ne sais pas, je pense avoir fait au mieux avec chacun d’eux, avoir tenté d’être présente et aimante du mieux que j’ai pu … Peut-être n’était ce pas assez, peut être était ce de la mauvaise façon … Qu’importe le mal est fait et je ne suis pas sure de pouvoir pardonner le manque d’empathie et compassion dont une de mes sœurs a fait preuve et la non-envie de mes frères et sœurs ainsi que de ma mère de faire partie si ce n’est de ma vie, mais tout du moins de celle des garçons. Bref ma famille, c’est moi, supermec et les garçons. Il y a des moments que je redoute désormais, ceux où j’arrive à avoir 5 min de pensée en solitaire, ces moments qui me rappellent que Noel ne devrait pas être comme ceci cette année, qu’il me manque un de mes enfants à nos côtés, que c’est injuste de ne pouvoir lui acheter que des choses avec lesquelles, il ne peut pas jouer …

Je conserve néanmoins cette frénésie de magie, celle qui te pousse à vouloir faire tous les cadeaux qui feront pétiller les yeux de minimoys et de supermec, l’impatience de voir leur air ébahi devant les cadeaux choisi avec soin sur les prospectus, et les surprises inattendues dont on les gratifie. 

En vieillissant, j’ai pris conscience que je dois leur inculquer la magie de Noel, mais n’en omettant pas le fait que si belle soit-elle, et elle est aussi éphémère. Que chaque Noel qui passe sera différent soit par une présence en moins, soit par une personne en plus, par des choses qui font que la vie n’est pas un cycle immuable, mais au contraire, une suite de choses plus ou moins bonne à traverser et à vivre.Noel est donc une époque de l’année devenue étrange pour moi, celle où se mêle souvenirs du passé, rêves du futur et la réalité créé par la vie … Je continue de prendre tout cela avec du recul et un maximum de bienveillance, mais parfois le vernis craque et la pression fait ressurgir des manques qui ne seront jamais comblés. Heureusement, les minimoys ont cette  empathie magnifique que leur permet de tout transformer en magie, comme lorsqu’ils ont demandé à mettre un     ange au sommet du sapin pour que Milan soit avec nous … C’est comme s’ils lisaient au plus profond de ce que je cache pour y apposer un baume de douceur. Ils ont dans leur innocence le pouvoir d’apaiser tous mes maux.

Voilà, en grandissant, je crois que Noel change définitivement de signification et surtout que l’on gagne encore plus à profiter de ces moments.

Bisous à vous tous et belle fin d’année.


5 réflexions sur “La contradiction de Noêl 2

  1. Quelle contradiction…je l’ai aussi…. une envie de m’enfermer dans une bulle malgré mes zhoms ! Ton p’tit ange parti trop tôt…mes parents partis trop têt ça me remue …ça te remue….si difficile parfois pendant ces fêtes ! Je te souhaite de passer le cap malgré tout…jamais tu n’oublieras …il veille sur vous !

  2. Je ne pensais pas que noël pouvait avoir ce petit goût amer chez d’autres personnes que moi….. Je comprend ce que tu veux dire dans ton article….. Et je suis peinée d’ailleurs que tu sois triste comme ça…. Parfois on a envie d’un goût de baguette pour enlever tous ces désagréments, ces peines, ces querelles…. Tu as une famille unie avec tes garçons. Tu as bien raison de maintenir cette bulle ! Plein de grosses bises et bonne année 😚

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.