4 ans..


Mon amour,

 

Celui qui a dit que le temps guérissait toutes les blessures a dit des conneries ! Il n’y a rien de vrai là-dedans. Je le sais, je le vis au quotidien.

 Au mieux, on met un tas de compresses sur la blessure pour endiguer l’hémorragie, on met de l’onguent de petits bonheurs dessus et l’on survie. 
Non le temps n’arrange rien, c’est un fait. 

Aujourd’hui j’ai aussi mal qu’il y a 4 ans. 

Je lutte pour ne pas exploser, je prends chaque petite dose de bonheur pour calmer ce trop-plein de douleur, de haine que je ressens en ce moment. 

Même mon empathie se fait la malle devant tout ça et ma tolérance s’est désormais planquée si loin que j’ai du mal à la retrouver. 

Je sais que je ne suis pas la seule à vivre de cette façon, que nous sommes nombreuses, mais aujourd’hui, je ne vois que ma douleur à moi.

Les « oh tu sais machine a fait une fausse couche à 3 semaines, elle est comme toi « me font grincer des dents ! Non pas comme moi ! J’ai déjà fait une fausse-couche et je peux vous assurer que la douleur n’est pas du tout comparable à celle de perdre un bébé qui est mort in utéro à 8 mois et demi ! Un bébé qui s’il était né un jour plus tôt sera dans mes bras et pas dans un cercueil.

Je suis cruelle ? Peut-être … Mais aujourd’hui, c’est ce que je ressens.

 Je sais que c’est la douleur qui parle, que demain, dans une semaine, le pansement sera remit en place, que mon empathie reviendra en souriant, et que je m’en voudrais d’avoir pensé cela à ce moment-là.

Mais aujourd’hui, je prends le droit de le penser, le droit de souffrir sans que les compresses fassent effet, sans qu’aucun mot n’apaise ce feu qui brule en moi …

Heureusement, il y a des calmants tout de même aujourd’hui : la main de Vadim tenant la mienne pendant qu’il dort paisiblement, les bisous des minimoys en partant à l’école, la voix chaleureusement de supermec au téléphone me disant qu’il est bien arrivé … 

Laisser couler les larmes en silence sans les retenir, sentir ce feu dévastateur en moi me rappelle à quel point je suis vivante et à quel point tu n’es pas là …

Alors non, mon amour, le temps ne guérit pas les blessures, car j’ai toujours ce terrible manque de toi …

 

Je t’aime du plus profond de mon être mon Milan.


10 réflexions sur “4 ans..

  1. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi. Nous avons perdu notre 3 eme enfant Lùca à 3 mois de vie, mort subite du nourrisson…. 1 an et 3 mois après nous avons accueilli nos loulettes qui ont maintenant 3 ans. Autant toutes les premières dates sans lui ont été très dur, autant avec le temps, la vie la douleur est moins vive. Il y a des moments où qd on me dit vs avez 4 enfants je corrige en disant non 5. Mais, il y a des moments où je me sens heureuse, heureuse d’etre Celle que je suis aujourd’hui parce que sans lui je n’en serai pas là …. je sais que nous avons traversé le pire et que maintenant le meilleur est devant nous.

  2. Bientôt 5 ans pour moi à la fin du mois. Et je suis comme toi il me manque terriblement mon petit bonhomme même si l’arrivée de son petit frère m’a redonné le sourire, mais les dates anniversaire sont tellement dures!
    Je t’envoie tout mon soutien et de douces pensées pour Milan

  3. Je n’imagine pas une seule seconde la souffrance que tu as du endurer et dois supporter. C’est tellement inhumain 😦

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.